Jean-Yves LE DÉAUT - Député de Meurthe-et-Moselle

Visite de Benoît Hamon, ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Le par

Benoît Hamon, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à l’inauguration de l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPÉ) de Lorraine à Maxéville.

Je suis intervenu lors de la visite du ministre sur le thème de l’Université de Lorraine (qui regroupait quatre universités lorraines avant la loi) sur le Pacte Lorraine qui comporte un gros volet universitaire. J’ai évoqué l’importance de la formation initiale des futurs maîtres, mais également de la formation continue dans les premier et deuxième degrés, dans l’enseignement supérieur et dans la préparation au concours de recrutement, de la recherche ainsi que dans la pédagogie et notamment dans les méthodes pédagogiques innovantes.

L’ESPÉ de Lorraine est exemplaire car elle est regroupée sur deux sites principaux et trois enseignes. Elle accueille notamment la Maison de la Science, La Main à la Pâte et l’Institut de Recherche d’Enseignement des Mathématiques. Dans le futur, les liens entre sciences et société deviendront majeurs si l’on veut réconcilier, les experts les politiques et les citoyens ou susciter des vocations. Le président de la Main à la Pâte, Vincent Lenna, a dit que la communication de la créativité, du sens de l’innovation et de l’esprit critique se joue pour beaucoup avant l’âge de 15 ans.

Les ESPÉ jouent un rôle majeur en formant les maîtres, car il faut à la fois former « des têtes bien faites et des têtes curieuses » comme le dit Cédric Villani. Les nouvelles méthodes pédagogiques sont essentielles car, d’ores et déjà, le numérique et Internet déplacent les lignes de la transmission des savoirs. Il y a des modifications de notre rapport aux savoirs et j’ai proposé que l’ANR finance un grand programme associant les sciences humaines et sociales, les sciences de l’éducation, les sciences de l’information et de la communication sur ces thèmes des nouveaux rapports aux savoirs.

La Lorraine, avec notamment le Pôle Image de Montigny-les-Metz et la Maison de la Science de Maxéville, est en avance pour livrer des produits numériques dans les classes, en support de l’enseignement. Enfin, comme je le disais dans mon rapport au Premier Ministre, j’ai réaffirmé à Benoît Hamon que Geneviève Fioraso avait bien travaillé en faisant voter une nouvelle loi et en sanctuarisant le crédit impôt-recherche (qui a augmenté de plus de 4 milliards d’euros en trois ans), et que la deuxième partie du mandat devait permettre d’obtenir une somme identique consacrée à la réussite des étudiants à la formation des maîtres, à la revalorisation des carrières des enseignants-chercheurs et des chercheurs, notamment en début de carrière, et à la résorption de la précarité. Le gouvernement Sarkozy nous a laissé là une bombe à retardement, mais il n’est pas possible d’accepter les empilements de CDD avec des employeurs uniques ou multiples, les activités rémunérées par des libéralités, les financements par la multiplication de vacation ou même par des aides sociales, ou encore les activités principales rémunérées comme des missions extérieures en demandant à des techniciens ou des ingénieurs de devenir auto-entrepreneurs… Cela ne peut plus durer. Les établissements n’exerceront leurs compétences que si ceux-ci sont dotés d’une gouvernance à la fois efficace et collégiale, ainsi que grâce à des moyens financiers ou humains correspondant aux missions que l’état leur a transférées.

Jean-Yves Le Déaut.

,

Sur le même thème, lire aussi :

Interviewé ce matin sur France Bleu Sud Lorraine, j’ai dit ma tristesse, car c'était un ami et un compagnon de route depuis la création des clubs "Témoin" et "Démocratie 2000",
Le par
Retrouvez ci-dessous l'intégralité du texte de la Question Orale Sans Débat (QOSD) que j'ai posée, ce matin, à Alain Vidalies, secrétaire d'État, chargé des transports, de la mer
Le par

Les derniers contenus multimédias