Jean-Yves LE DÉAUT - Député de Meurthe-et-Moselle

Vœux 2014

Le par

Je suis rentré hier d’Arabie Saoudite -où j’accompagnais le Président de la République- et je mesure, au retour, le décalage entre le soutien international que recueille François Hollande et les difficultés que nous rencontrons en France.Je souhaite que 2014 nous permette de prendre à bras le corps et d’améliorer la situation du chômage, la question du pouvoir d’achat, mais aussi d’engager une grande réforme fiscale. Nous ne répéterons jamais assez que la dette s’est accumulée depuis 30 ans mais que c’est surtout sous l’ère Sarkozy qu’elle a atteint des records et que, lorsque celle-ci atteint 30.000 euros par français, on est au bord du précipice. Il est quand même paradoxal que de multiples jacqueries catégorielles soient soutenues par cette même droite largement responsable de la situation difficile dans laquelle se trouve la France aujourd’hui.

L’année 2013 a été très dure politiquement et pourtant des réformes importantes ont été votées. Après avoir amélioré la situation des jeunes avec les Contrats d’Avenir, plusieurs accords importants ont été signés avec les partenaires sociaux : notamment celui sur la sécurisation de l’emploi ou celui traitant de la formation et je reste préoccupé par le sujet du chômage chez les plus de 55 ans. On ne peut pas en effet se satisfaire de règles qui demandent de travailler plus longtemps si, après 55 ans, on est condamné au chômage de longue durée. Une autre réforme est majeure : le crédit compétitivité-emploi a baissé le coup du travail et va, mécaniquement, favoriser la croissance. Malheureusement, les effets politiques ne se font sentir que sur des temps longs alors que les français auraient voulu, comme par un coup de baguette magique, toucher immédiatement les dividendes d’une croissance retrouvée et ainsi reprendre confiance. D’ailleurs, des mesures de court terme ont été prises : emploi d’avenir, contrat de génération, fiscalité accrue pour les plus aisés. Il faut bien noter que les mesures fiscales qu’il faudra continuer à corriger (notamment pour les veuves qui peuvent avoir un impôt sur le revenu légèrement en hausse au-delà de 17.000 euros), avaient été prises par le gouvernement précédent. Les corrections ont déjà commencé puisque, dès 2014, un couple marié avec 2 enfants ayant un revenu imposable de 24.000 euros paiera 4% d’impôts en moins.

Il faudra continuer à agir sur le long terme en 2014, c’est le sens du plan de soutien au renouveau industriel, à l’innovation et au commerce extérieur. Il faut également ne pas hésiter à briser un tabou sur lequel la droite n’a jamais osé revenir : celui de la réduction des dépenses publiques. Il faut être à la fois plus juste et plus efficace car on ne peut redistribuer que ce que l’on a gagné… Agir autrement, c’est faire de la cavalerie. Le Président est revenu en Lorraine comme il l’avait promis. Il a permis la signature avec l’État d’un Pacte Lorraine qui devrait permettre à notre région de rebondir à partir de ses forces industrielles pour développer les matériaux de demain, le stockage d’énergie, la filière bois, les technologies de la santé et d’aide au handicap et au vieillissement, les énergies renouvelables et les technologies informatiques. Plus de 300 millions d’euros ont été mobilisés. Je souhaite qu’en 2014 nous saisissions cette opportunité pour nous redonner collectivement confiance en l’avenir.

Je voudrais enfin souhaiter aux habitants de la sixième circonscription, à tous les Lorrains et Lorraines, à tous les amis, une bonne et heureuse année 2014. Qu’elle vous permette de retrouver le moral, de faire reculer le chômage, de renouer avec une croissance durable, de mieux préserver notre environnement, d’accepter l’autre même s’il est différent, de résister à la montée des hydres populistes… En un mot, que cette nouvelle année vous permette à tous d’être plus confiants dans l’avenir. Je vous souhaite enfin beaucoup de bonheur, partagé avec ceux que vous aimez.

Jean-Yves Le Déaut.
1496590_254714988020765_1103800834_o

Sur le même thème, lire aussi :

Interviewé ce matin sur France Bleu Sud Lorraine, j’ai dit ma tristesse, car c'était un ami et un compagnon de route depuis la création des clubs "Témoin" et "Démocratie 2000",
Le par
Retrouvez ci-dessous l'intégralité du texte de la Question Orale Sans Débat (QOSD) que j'ai posée, ce matin, à Alain Vidalies, secrétaire d'État, chargé des transports, de la mer
Le par

Les derniers contenus multimédias