Jean-Yves LE DÉAUT - Député de Meurthe-et-Moselle

Ecotaxe : le moratoire ne doit pas être un enterrement

Le par

Je suis breton d’origine mais je ne comprends pas l’agrégation qui est faite entre des problèmes très différents. Il faut bien sûr soutenir la filière agro-alimentaire française mais ses difficultés tiennent plus des modèles de production et de distribution. Les filières, très aidées, qui se sont spécialisées à l’export restent très fragiles car d’autres pays peuvent produire à des prix souvent plus bas. La meilleure manière de conforter une filière est de transformer les produits et de les valoriser.

Député de Lorraine, je suis un fervent défenseur de l’éco-taxe sur les transports car les Allemands l’ont fait depuis longtemps, les Alsaciens l’ont expérimenté, et tout le trafic poids-lourd du nord au sud de l’Europe est dévié vers la Lorraine, la Franche-Comté et la Bourgogne. C’est également vrai car sur de grandes distances (quasiment de la frontière allemande à Toul) l’A31 est gratuite, que la N4 vers Paris est également gratuite et ces voies routières sont encombrées de camions. Si aucune contribution n’est demandée au trafic poid-lourds, qui va payer la maintenance des infrastructures routières ou le développement d’infrastructures alternatives (ferroviaire, voies navigables).

Poids lours sur autoroute

La Bretagne est certes excentrée mais bénéficie d’un réseau à quatre-voies totalement gratuit et les difficultés que la région rencontre ne sont pas pires que celles du Nord-Pas de Calais, de la Lorraine ou de la Champagne-Ardenne. Il faut une solidarité nationale et prélever une éco-taxe sur le transport par camions a un effet vertueux sur le développement des filières courtes. Ces éléments doivent être apportés à la réflexion et on ne peut pas demander à François Hollande d’éponger la dette que son prédécesseur avait accumulé sans faire contribuer, de manière juste, la totalité des Français et par là même des régions dans lesquelles ils habitent.

Le vrai sujet est effectivement de parvenir à une fiscalité plus juste et je suis abasourdi quand j’entends une grande organisation agricole prôner, à la place de l’écotaxe, l’instauration d’une TVA dite « sociale » qui en fait fera tous les consommateurs quels que soient leurs revenus. Je pense en revanche que, comme nous l’avons demandé dans la discussion budgétaire, que des améliorations doivent être apportées pour les catégories qui ne payaient pas d’impôts et qui, maintenant, sont soumis à d’autres prélèvements fiscaux (taxe d’habitation, redevance TV, etc.).

Jean-Yves Le Déaut.
Photo : © Michael C / FlickR

Sur le même thème, lire aussi :

Interviewé ce matin sur France Bleu Sud Lorraine, j’ai dit ma tristesse, car c'était un ami et un compagnon de route depuis la création des clubs "Témoin" et "Démocratie 2000",
Le par
Retrouvez ci-dessous l'intégralité du texte de la Question Orale Sans Débat (QOSD) que j'ai posée, ce matin, à Alain Vidalies, secrétaire d'État, chargé des transports, de la mer
Le par

Les derniers contenus multimédias