Jean-Yves LE DÉAUT - Député de Meurthe-et-Moselle

Le pacte Lorraine 2014-2016 signé ce matin (17/09) à Matignon

Le par

La Lorraine a souffert des restructurations industrielles et le Président de la République et le Premier Ministre ont souhaité, suite à la réunion à Matignon en décembre 2012, de donner à la Lorraine les atouts pour renforcer la compétitivité des filières existantes et accroitre la capacité d’innovation des entreprises. Ce pacte, le premier à être signé entre l’État et une région française, a pour ambition de faire de la Lorraine le cœur d’une vallée européenne des matériaux et de l’énergie, de dynamiser les filières lorraines d’excellence et d’avenir, et de promouvoir des démarches innovantes d’attractivité et d’aménagement des territoires.

J’ai été, avec Jean-Pierre Masseret, Président de la Région Lorraine, un des initiateurs du pacte Lorrain et nous nous sommes battus pour obtenir l’installation d’une plateforme régionale de transfert des technologies du Commissariat à l’Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives (CEA) sur le même site que l’Institut de Recherche Technologique spécialisé dans les matériaux, la métallurgie et les procédés incluant les composites et les assemblages multi-matériaux décidés dans le cadres des investissements d’avenir. Cette vallée européenne des matériaux et de l’énergie, ce sera également : le renforcement, à Nancy, de l’Institut Jean Lamour avec notamment une plateforme technologique sur la métallurgie qui travaillera sur l’allègement des structures ; l’installation d’un équipement de recherche unique au monde, le tube à ultra vide Daum, qui permettra l’élaboration de nouveaux matériaux ; un projet sur le verre et notamment sur l’impression en 3D. Cela concernera également l’Institut Lafayette à Metz pour la préparation de composants à fonctionnalités nouvelles. Tous ces équipements permettront de positionner la Lorraine comme un territoire pilote de la transition énergétique en développant le stockage de l’énergie et la filière hydrogène. Et, au-delà des matériaux, d’autres filières d’excellences sont concernées : l’e-santé et la Silver Economy, grâce à la télémédecine et à la télésanté, mais aussi la filière forêt-bois, l’éco-construction, l’agroalimentaire ou encore la dépollution des sols (déjà en place sur le pôle de génie de l’environnement d’Homécourt).

Nous avons, à partir des compétences de l’Université de Lorraine, la volonté d’aménager un éco-territoire à Esch-Belval, de soutenir le projet de biomasse de deuxième génération à Bure, de développer la chimie verte en Moselle est et les filières automobile et aéronautique, de soutenir le numérique, notamment dans le domaine de la visualisation en 3D et de la sécurité des systèmes informatiques.

La Lorraine a connu de grosses difficultés en perdant plus d’emplois industriels que les autres régions. Notre stratégie est, comme au judo, de rebondir dans cette période difficile pour donner à notre région des atouts dans les domaines qui constitueront l’économie de demain. Le pacte Lorraine préfigure les objectifs du gouvernement en terme d’emploi, d’innovation et de croissance… Il est animé par la volonté qu’ont les Lorrains de se mobiliser, de soutenir le renouveau industriel et de s’approprier la préparation de l’avenir.

Jean-Yves Le Déaut.

Sur le même thème, lire aussi :

Interviewé ce matin sur France Bleu Sud Lorraine, j’ai dit ma tristesse, car c'était un ami et un compagnon de route depuis la création des clubs "Témoin" et "Démocratie 2000",
Le par
Retrouvez ci-dessous l'intégralité du texte de la Question Orale Sans Débat (QOSD) que j'ai posée, ce matin, à Alain Vidalies, secrétaire d'État, chargé des transports, de la mer
Le par

Les derniers contenus multimédias